OBJETS AUGMENTÉS

Thierry Verbeke


L'avenir,

enseigne, 2015



L ‘AVENIR / enseigne

« À l’origine du projet de l'artiste Thierry Verbeke, il y a la découverte, au hasard d'une promenade dans Dunkerque, de L'Avenir, l'enseigne décrépie, menaçant de tomber qui orne le fronton du bâtiment éponyme, salle aujourd'hui propriété de la CGT, et qui fut jusqu'au début des années 90 un haut lieu de la vie des dockers de Dunkerque, jusqu'à ce qu'une série de trahisons et de scissions douloureuses solde un siècle de vie syndicale et de luttes sociales. Cette enseigne, l'artiste propose aux quelques retraités qui utilisent et prennent encore soin de la salle de la remplacer, de troquer « leur vieil avenir contre un nouveau » : il dépose la vieille enseigne qu'il conserve et en fait réaliser une nouvelle, identique, (par une classe du lycée technique Le Corbusier à Tourcoing), pour la reposer le 1er mai, jour de la fête du travail. »...

... « Cette dimension « care » du travail de Thierry Verbeke intervient à plusieurs niveaux, que ce soit dans la dimension d'entretien, de maintenance du bâtiment, dans l'attention portée à la mémoire, aux liens que tissent les personnes autour de ce lieu »...

À travers ce geste, « Thierry Verbeke cherche à réparer quelque chose de l'ordre du lien social et symbolique, à rendre justice.»...

Julien Zerbone


IWOULD PREFER TO

sérigraphie 35 X 50 cm, 2014



"I would prefer to" est une référence directe au livre Bartleby d'Herman Melville dans lequel le personnage principal répond aux demandes de son employeur par "i would prefer not to », engageant avec lui une forme de résistance en refusant toute forme d'action. En utilisant une forme positive de cette phrase, ce travail se situe sous des auspices plus volontaristes en laissant une porte ouverte à l’engagement tout en étant conscient de la complexité du monde qui nous entoure.

Can do it,

serviette Nike, pancarte électorale

dimensions 80 / 140 cm + 75 / 165 cm, 2010



"Can do it" résulte de la rencontre entre le slogan de la marque Nike et celui d’une affiche électorale, du candidat à la maison blanche Barack Obama. Par leur rapprochement, physique, ces deux slogans semblent engager ici un dialogue.

Il ne reste plus qu'à apprendre que "Yes we can" est la traduction quasi littérale du vieux slogan d'ouvriers Latinos "Si, se puede » et Que "Just do it" provient du livre "Do it", du militant activiste Jerry Rubin, figure essentielle de la contestation des sixties aux U.S.A.

Bleus de chauffe,

Bleus de travail usagés, bois,

dimensions variables, 2009



Oeuvre réalisée à partir de bleus de travail, décousus et recousus différemment. Dans ce travail, je m’interroge sur le passage du monde du travail à celui du folklore du travail. “Les manufactures Lilloises deviennent des salles de spectacles, les bleus de travail ne sont plus portés, ils sont partie prenante du carnaval, folklore de la grève” *


*Comité invisible, l'insurrection qui vient

Réinjecter du politique dans le quotidien / B comme Babibel,

cire et emballage de babibel,

13x13 cm, 2010




Réinjecter du politique dans le quotidien regroupe une série de multiples. Il s’agit ici d’utiliser des signes politiques en les apposant sur des objets quotidiens. La série de multiples oscille entre désirs de re-politisation et constat de la perte de signification des dits signes transformés pour l’occasion en logos. Elle met en évidence la récupération des signes de toutes sortes par le secteur marchand et la publicité. Aujourd’hui tout fait vendre, même la révolution.

Réinjecter du politique dans le quotidien / A comme Anarchie,

sérigraphie sur autocollants jeunes conducteurs

(bleu pour les garçons, rose pour les filles), 2010

Copyright  ©  All Rights Reserved